Question au Gouvernement : attaques contre la liberté de la presse

Monsieur le Premier Ministre,

Vendredi dernier, à Pontet, dans le Vaucluse, des faits graves se sont déroulés. Un groupe de partisans nationalistes, a menacé un kiosquier pour que ce dernier retire l’affiche du journal Le Point mettant en cause le Président turc.

Sous leur pression elle a été retirée puis rétablie le lendemain à la demande du journal. Mais il a fallu placer le point de vente sous surveillance des forces de l’ordre.

Samedi, dans la Drôme, des actions comparables se sont poursuivies. La vidéo d’un homme déchirant les affiches du même journal a été publiée sur les réseaux sociaux.

Il s’agit d’une attaque frontale contre la liberté de la presse pour laquelle notre pays a versé un lourd tribut : celui du sang.

Ces faits sont inacceptables et ils portent un nom: le communautarisme.

On ne peut tolérer que des groupes de pression fassent primer un nationalisme exacerbé et même entretenu de l’extérieur sur les lois de la République française.

Certes le Président Emmanuel Macron s’en est ému. Mais lorsqu’il était candidat, lors d’un discours prononcé à Marseille, n’a t-il pas affirmé que la France était composée de différentes communautés, les saluant une à une ?

L’ambiguïté sur ces questions d’une importance majeure est regrettable. Il faut la dissiper.

Comment lutter contre le communautarisme qui gangrène la cohésion nationale et dont le déplorable événement de vendredi est l’illustration même ?

C’est la raison pour laquelle je souhaiterais connaître, Monsieur le Premier Ministre, les mesures que le Gouvernement entend prendre pour lutter contre ce phénomène de plus en plus prégnant en France ?

Annie Genevard sur Europe 1 : « le débat de dimanche soir n’était pas à la hauteur de la fonction présidentielle »

Regrettant que l’on ait « abandonné les grands principes de l’interview politique » teintée de neutralité et d’objectivité de la part des journalistes qui a fait que « ces trois-là s’adressaient plus à eux-mêmes qu’aux Français qui étaient censés être éclairés », Annie Genevard, Secrétaire générale des Républicains, est restée sur sa faim à l’issue de l’interview du président de la République, dimanche soir.

Plaçant ce débat comme « le deuxième temps d’un plan de communication voulu », « paisible » sur TF1, « agressif » sur BFMTV, Annie Genevard a vu « la forme privilégiée sur le fond » dans un débat qui « n’était pas à la hauteur de la fonction présidentielle. »

Conséquence, « très peu d’annonces », relève Annie Genevard qui a réagi ce lundi matin au micro d’Europe 1. A l’exception, d’une « piste d’ébauche » pour la prise en charge de la dépendance par un jour férié travaillé, « ce qui constituerait un effort supplémentaire demandé aux Français », note la députée “les Républicains” du Doubs. Quant à la SNCF, « ce sont les Français qui paieront la dette à partir de 2020 avec un impact très probable sur la pression fiscale », avertit-elle.

Et en matière fiscale, Emmanuel Macron a marqué de son empreinte sa première année de présidence. « C’est 8 impôts nouveaux, 4,5 milliards d’euros de CSG en plus, 4 milliard d’impôts supplémentaires soit presque 9 milliards d’efforts supplémentaires demandés aux Français. Cela interroge et inquiète », relève Annie Genevard.

Sur les frappes opérées ce week-end en Syrie, « le soutien à la décision d’Emmanuel Macron n’est pas univoque. Elle posent des questions qui seront évoquées dans un débat légitime ce lundi à l’Assemblée nationale où pourront s’exprimer les sensibilités de tous les groupes politiques », remarque celle qui est également Vice-présidente de l’Assemblée nationale.

« Fallait-il intervenir hors d’un mandat onusien ? Les frappes punitives ont-elles montré dans le passé leur efficacité en matière dissuasive ? L’intervention a besoin d’être clarifiée sur les preuves. Il faut être très prudent car les conséquences peuvent être planétaires », souligne la Secrétaire générale des Républicains.

La filière professionnelle est une voie d’excellence. ‬

La filière professionnelle est une voie d’excellence. ‬
En commission des affaires culturelles et de l’éducation, nous avons débattu, le 4 avril dernier, du rapport sur l’enseignement professionnel.

Ce travail doit conduire à :
1️⃣ Revaloriser la filière
2️⃣ Inciter l’accueil des jeunes en entreprise
3️⃣ Améliorer l’orientation

Les établissements privés hors contrat ont toujours été utiles à l’éducation de nos enfants.

Conscients de la possible dérive communautaire et ne voulant pas paralyser le système avec des autorisations a priori, nous appelons à la vigilance avec des contrôles a posteriori.
L’éducation a besoin de s’adapter à la société tout en ayant un profond respect des valeurs et des idéaux de la République. Il en va de l’avenir de nos enfants et donc de l’avenir du pays.

Je suis intervenue en discussion générale le 28 mars dernier sur la proposition de loi relative au régime d’ouverture et de contrôle des établissements privés hors contrat pour faire entendre le point de vue de notre groupe politique.

Interview : «Tout n’est pas fait pour protéger les Français de la menace terroriste»

J’étais invitée de la matinale de l’Opinion le 27 mars dernier. Retrouvez l’émission dans son intégralité ⤵