Circonscription

La 5ème circonscription du Doubs

 

Une terre de caractère

Située à l’écart des pôles urbains du département, Besançon à l’ouest, Montbéliard au Nord, la cinquième circonscription du Doubs est un territoire d’équilibre mi-urbain, mi- rural, de moyenne montagne, qui ne manque pas d’atouts et développe, autour de deux principales villes, Pontarlier (20 000 habitants) et Morteau (7 000 habitants), des activités originales au centre de la chaine plissée du Jura et de ses plateaux qui la bordent à l’ouest.

C’est une terre de caractère, où l’on pratique un tourisme de nature lié à des activités sportives qui ont produit de nombreux champions en combiné nordique (Fabrice Guy, Jason Lamy Chapuis) ou en biathlon (Florence Baverel, Vincent Defrasne) à Métabief – Mont d’Or ou dans le val de Mouthe, lieu d’arrivée de la Transjurassienne, mythique course de ski de fond de 75 kms. La nature y est généreuse et offre au visiteur des sites d’exceptions : Saut du Doubs, Château de Joux, Lac de Saint Point et Remoray, tourbières de Frasne…

 

Une ruralité savoureuse

L’activité agricole est très dynamique. L’élevage laitier de la race montbéliarde fait vivre de nombreux agriculteurs qui bénéficient de la notoriété des AOC fromagères (Comté, Morbier, Mont d’Or, Bleu de Gex…) souvent produits dans des ateliers coopératifs ou fruitières qui témoignent de la volonté ancienne des agriculteurs de relever ensemble les défis d’une économie originale.

 Nourris avec le sous-produit de la production fromagère, le lactosérum, les porcs de Franche-Comté servent de base à la fabrication des célèbres salaisons fumées et particulièrement de la saucisse de Morteau protégée par une Indication Géographique Protégée.

 Dans cette région où la forêt est très présente, l’industrie du bois est traditionnelle et concerne tous les maillons de la filière, de l’exploitation forestière à la construction de maisons à ossature bois avec de nombreuses scieries et des entreprises de seconde transformation du bois.

 

 Un territoire frontalier avec la Suisse

L’originalité de ce territoire tient aussi à son caractère frontalier avec la Suisse qui induit de nombreux échanges. Plusieurs initiatives de coopération de proximité ont vu le jour sur la zone Mont d’Or – Chasseron ou l’agglomération urbaine du Doubs. Le travail frontalier concerne environ 15 000 personnes, près du tiers de la population active ; il a un effet très positif sur le taux d’emploi.

Les « frontaliers », résidant en France, travaillent dans les entreprises suisses de l’horlogerie, de la microtechnique et dans les services.

Mais un système fiscal favorable, l’organisation sociale et le pragmatisme de l’administration helvétique expliquent les nombreuses délocalisations d’entreprises françaises vers la Suisse.

 

Un massif industrieux

C’est une des caractéristiques du Massif du Jura que de disposer d’un outil de production très dynamique. L’héritage du savoir-faire horloger, dont cette région est le berceau, a donné à la main-d’œuvre une expertise reconnue dans « le petit et le précis ».

En dépit de la concurrence suisse, de courageux entrepreneurs résistent aux sirènes de la délocalisation et maintiennent un tissu dense de TPE et de PME – PMI, affiliées ou non à de grands groupes (Nestlé, Schrader, Bourbon-Plastivaloire, Lactalis ou Sodiaal …), dans les domaines très divers comme l’agro-alimentaire, la sous-traitance pour l’automobile, l’horlogerie, les industries du luxe ou le médical.

L’association « Luxe et Tech » a d’ailleurs été organisée, comme un cluster, pour fédérer, à l’intérieur du Pôle de compétitivité franc-comtois des Microtechniques, de nombreuses entreprises dont la qualité du travail est appréciée depuis longtemps par les grandes maisons du luxe dans les domaines de la haute horlogerie, de la joaillerie-bijouterie, de la maroquinerie ou des instruments d’écriture.


UA-35936117-1